Accueil > Brigitte Mercier Fichaux

Qui est Brigitte Mercier Fichaux

Enseignante en physique chimie pendant 20 ans, passionnée par mon métier et la recherche scientifique mais aussi par la nature, le jardinage et la cuisine ; je me suis sentie très tôt alertée par la grande fragilité du vivant et les problèmes d’écologie émergeants dans les années 80. Maman de deux jeunes enfants, je fais le choix alors d’opter pour une alimentation biologique ; ce qui était très marginal à l’époque !!


C’est avec bonheur que j’observe aujourd’hui, 40 ans plus tard, l’envie pour beaucoup de modifier leurs achats alimentaires, de consommer bio, local et de saison.  Je me réjouis tout autant du développement de l’agriculture biologique en France, des marchés bio et des AMAP, ainsi que du succès commercial de certains magasins spécialisés en alimentation biologique.


Ma rencontre en 1985 avec le Dr Jean Michel Lecerf (directeur du service nutrition de l’institut Pasteur de Lille) m’incite à « manger autrement » avec moins de viande et de poisson et plus de céréales complètes et légumineuses, Puis les ouvrages du Dr Catherine Kousmine « sauvez votre corps ! » et « Soyez bien dans votre assiette » me font prendre conscience de l’importance d’apporter les fameux acides gras essentiels présents dans les huiles végétales extraites à froid ainsi que le rôle majeur de la muqueuse intestinale dans la prévention de nombreuses pathologies. J’expérimente alors avec ma famille recettes et menus « alternatifs » avec des assaisonnements à base d’huiles bio de première pression à froid ; et j’observe de nombreux changements : repas plus rassasiants, moins de fringales, moins de fatigue, une plus jolie peau, disparition de l’eczéma chez ma fille, moins de rhumes etc.…Je suis de plus en plus convaincue que le choix d’une alimentation de qualité est un des piliers majeurs de la santé. L’envie de témoigner et de partager commence à s’imposer !


Peu de livres gourmands existants à cette époque, je me suis mise en recherche pour élaborer des recettes végétariennes ou pauvres en protéines animales qui soient équilibrées, rapides à réaliser, adaptées à toute la famille et gourmandes ! Cette recherche culinaire alliant santé, choix d’aliments bio, simplicité, rapidité et saveurs m’amène en 1985 à créer des ateliers de cuisine « diététique et bio » et à écrire mon premier livre « La Nouvelle Cuisine Familiale » en 1990.
Et c’est ce travail de recherche diététique et culinaire, qui me passionne ; qui me pousse en 1994 à reprendre des études dans le cadre du BTS diététique. Mon diplôme de diététicienne obtenu en 96 je prends la décision de quitter un métier que j’adorais pour devenir une diététicienne passionnée et militante avec comme objectif de défendre l’agriculture biologique et d’en faire connaître les bénéfices santé à mes lecteurs, à mes patients et à tous ceux que je rencontrerais au cours de nombreuses conférences !

Très vite j’ai considéré ce nouveau métier comme un métier d’enseignement : Apprendre à mieux manger, savoir choisir des aliments de qualité, savoir les cuisiner simplement et rapidement au quotidien pour éviter au maximum les préparations industrielles dont la qualité nutritionnelle ne cesse de se dégrader et dont la toxicité des additifs de synthèse est de plus en plus dévoilée.  


Les consultations diététiques m’ont bien sûr confrontée au surpoids, aux troubles du comportement alimentaires et à de nombreuses pathologies ; J’ai hélas, vite compris que les seuls conseils d’une alimentation de qualité et d’un bon équilibre alimentaire ne permettaient pas toujours de régler un problème de santé et je me suis mise en quête de conseils alimentaires plus spécifiques pour apporter une aide dans la prise en charge des pathologies métaboliques (diabète, cholestérol, uricémie, surpoids) et des pathologies émergentes : troubles digestifs et du transit récurrents, dysbioses intestinales, intolérances, et hypersensibilités intestinales, maladies inflammatoires chroniques, maladies auto-immunes, cancers…


D’autres formations (naturopathie, aromathérapie, Bye Bye allergie), mes lectures (Dr Jean Seignalet, Dr Lallemand, Dr D’Adamo, Dr Natacha Campbell, Taty Lauwers, Dr Julia Ross…) et mes recherches auprès et avec mes patients m’ont aidée à élaborer des protocoles de prise en charge spécifiques (conseils alimentaires, menus et recettes adaptées, compléments alimentaires, phytothérapie…). C’est l’ensemble de ce travail qui est à la base de tous mes protocoles de prises en charge SMDA.
En 2017 ; 30 ans après cette reconversion professionnelle ma vision de la diététique reste inchangée : Bien manger doit être facile et naturel (pas de régimes exclusifs, pas d’aliments « miracles », pas de pratiques culinaires compliquées…), pas triste ( de la beauté avec des couleurs et des saveurs dans l’assiette), pas d’interdit, pas de frustration, pas de sectarisme qui entraînent une désocialisation en plus des carences nutritionnelles. Et à la portée de toutes les bourses dans la mesure où l’on prend le temps de cuisiner des produits frais et de saison et ou la part des produits carnés est réduite aux justes quantités nécessaires.


30 années consacrées à « l’éducation alimentaire » auprès de mes patients bien sûr, et surtout auprès de centaines de personnes qui sont aujourd’hui les relais de cette vision de la diététique SMDA : des cuisiniers de collectivité qui ont introduit le bio dans leurs cantines, des diététiciennes, infirmières, ostéopathes, naturopathes, animatrices en cuisine diététique et bio, vendeurs conseils des magasins Biocoop ; et tout récemment les éducatrices alimentaires du réseau « MiamNutrition ».


C’est avec bonheur que j’observe la jeune génération des trentenaires refuser la malbouffe qu’ils ont connu depuis leur naissance et leur adhésion à une « culture bio » ; mais je me dois de les mettre en garde pour eux et pour leurs enfants de tout régime extrême : sans aucun produits animaux, « paléo », « sans gluten et sans raison », tout cru ou tout jus ….. Car j’observe depuis quelques années les effets dramatiques sur la santé des « pratiquants » de tels régimes extrêmes ! Manger bio et non transformé est un préambule ; mais les besoins en tel ou tel nutriment : acides aminés essentiels, vitamines, minéraux, acides gras essentiels évalués par des centaines d’experts en nutrition à travers la planète sont une réalité ; ne pas les couvrir engendre à plus ou moins long terme des problèmes de santé.


A l’exclusion de tel ou tel aliment, je préfère conseiller la variété alimentaire et la sobriété ou frugalité. Consommer au bon moment de la journée des aliments de qualité couvrant exactement les besoins nutritionnels nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme ; procure satiété et bien-être tout au long de la journée ; les fringales et compulsions alimentaires disparaissent, l’appétit diminue et la frugalité s’installe naturellement. Manger de tout modérément, respecter les besoins physiologiques de son organisme n’est pas incompatible avec le respect de la planète et du vivant.


Cette sagesse alimentaire reflète encore le constat d’un médecin du moyen âge : Paracelse qui énonçait simplement « Aucun aliment n’est poison, tout aliment est poison, tout est dans la dose ! ». Et j’en ai fait ma devise !

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux en savoir plus Fermer